frnlendeites

Edito du Fleurines et Vous N°121 de avril 2021

Philippe Falkenau

Fleurinoises, Fleurinois, chers amis,
C’est avec un état d’esprit quasi estival que j’aborde l’éditorial de ce nouveau Fleurines & Vous puisque les perspectives de déconfinement de ces prochaines semaines m’apparaissent plus que jamais comme les prémices d’un retour à la liberté et à cette « vie d’avant » qui nous a tant fait défaut ces derniers mois. Pour garantir cette espérance, je profite naturellement de cette tribune pour vous encourager à vous faire vacciner sans délai, puisque c’est cette vaccination généralisée qui nous conduira vers ce que les spécialistes qualifient « d’immunité collective ». Comme nous l’avons déjà évoqué dans de précédents numéros, nous pouvons, si vous n’êtes pas à l’aise avec le numérique, vous aider en mairie à prendre rendez-vous sur les sites internet dédiés à la vaccination.

En attendant cette liberté, restons vigilants en généralisant les « gestes barrière » et en étant proactifs sur les zones à risques. C’est fort de ces principes que nous avons fait le choix d’acquérir un purificateur d’air qui filtre les virus pour équiper la cantine de notre école, lieu dans lequel nos « chères têtes blondes » se croisent sans masque, au risque de s’exposer à la contagion d’autrui.

Je suis très fier que nous ayons été avant-gardistes sur ce sujet en étant la première école de l’Oise et peut être même des Hauts-de-France à nous équiper d’un tel dispositif. Nous observons depuis, de nombreuses communes qui nous emboitent le pas et nous ne pouvons que nous en féliciter, tant l’enjeu nous semble important !

Je souhaite également profiter de cet éditorial pour saluer l’arrivée dans notre village de Sandrine et Rodolphe Mouraud qui sont les sympathiques et dynamiques repreneurs de notre boulangerie. Nul doute au vu de la file d’attente qui occupe le trottoir de la rue de l’Eglise chaque jour que ceux-ci aient trouvé et conquis leur public avec des produits dont nous nous régalons tous !

Enfin, je ne peux conclure cet édito sans saluer à nouveau ces Fleurinois de toujours qui nous ont récemment quittés. Dans quelques jours, nous commémorerons le 8 mai avec une émotion toute particulière puisque Jean Gauguet ne sera pas là. En sa mémoire, je forme le vœu que nos anciens combattants ne lâchent pas l’étendard et poursuivent avec l’honneur et l’engagement que nous leur connaissons, l’action de Jean au sein de l’Association des Anciens Combattants. Nous savons ce que nous devons à ces soldats, aussi, il nous importe de faire entendre leur voix, aussi longtemps que cela sera possible.

Très bonne lecture à tous et prenez soin de vous.
Guillaume MARECHAL

 

 

Catégorie :