frnlendeites

Edito du Fleurines et Vous N°124 de septembre 2021

Philippe Falkenau

Fleurinoises, Fleurinois, chers amis,
C’est avec un réel plaisir que j’aborde cet éditorial de rentrée pour nous féliciter des conditions de reprise de nos écoliers, collégiens et lycéens. Quelques artefacts sont venus perturber les transports scolaires vers les collèges senlisiens, mais notre réactivité, coordonnée avec les actions des élus de la région et du département ont eu raison des schémas réducteurs que certains souhaitaient nous imposer.

Comme à l’accoutumée, la rentrée s’accompagne à Fleurines de l’immanquable Forum des associations qui s’est déroulé cette année sous une météo particulièrement clémente et dans un état d’esprit très positif. Nul doute que le retour à une vie sociale « normale » à l’aide du pass sanitaire aura permis à chacun de retrouver ses associations préférées pour organiser le programme des activités de l’année.

En déclinaison et du fait de l’allègement des consignes sanitaires, nous sommes heureux de travailler à nouveau à l’organisation des manifestations culturelles qui nourriront l’agenda communal de ces prochaines semaines. Expositions, théâtre, salon d’automne vont de nouveau enrichir notre actualité pour le bonheur de tous et en parfait accord avec nos ambitions.

Nous comptons sur tous pour venir profiter et participer à ces animations et leur donner sens. La crise COVID nous l’a rappelé, nous avons plus que jamais besoin de travailler au « vivre ensemble » et à la solidarité. Notre village bénéficie déjà d’une implantation d’exception. Il sera d’autant plus exceptionnel si nous arrivons à le faire vivre dans sa dimension sociale.

Pour porter un regard rétrospectif sur l’été écoulé, je souhaite profiter de cette tribune pour tirer un grand coup de chapeau à nos équipes municipales qui ont assuré l’accueil de la piscine durant l’été. La fréquentation fut plus qu’erratique et globalement absente ; la mise en place du pass sanitaire en début d’été ne s’est pas opérée sans heurts, au point qu’il fallut dans les premiers jours, faire appel aux forces de l’ordre pour rappeler à chacun la loi. La France est une république de droit dans laquelle la commune de Fleurines ne souhaite pas faire exception, surtout lorsqu’il s’agit de la santé de nos concitoyens. Espérons que tous ces maux appartiennent au passé ; pour autant, mon pragmatisme me laisse à penser qu’il nous faudra encore longtemps composer avec ces contraintes...

Enfin, comment achever cet édito sans saluer la mémoire de Jojo ? Sans avoir une pensée émue pour ce Fleurinois de toujours, qui a laissé son empreinte en bien des univers de la vie communale.

Tu vas nous manquer Georges Ghirardini…

Très bonne lecture à tous,

Guillaume MARECHAL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégorie :